• rien

    Je crois que la vie nous épuise tous les un apres les autres.

    Je ne sais pas qui me guide mais ce n'est pas moi qui écrit ces mots. J'ai peur. j'ai envie de vivre et d'aimer, mais je ne m'en sens plus capable. Peut etre ai-je perdu toute raison d'exister, toute raison de chercher une lueur d'espoir. On se sert de moi, on m'utilise, on me jette. et ça me convient. J'acquiesse sans rouspéter, parce que c'est le seul moyen que j'ai trouver pour être aimer. Je voudrais recommencer à rêver, comme par le passé, mais c'est devenu impossible, c'est devenu redoutablement impossible. J'ai froid. Je veux de nouveau m'envoler vers le bonheur, mais là aussi, les moyens sont restrains. Il n'y a plus que moi, seule et perdu au milieu de se lamentable monde, de cette miserable vie. Pourquoi ecrire cela? Pourquoi cette soudaine inspiration? Pourquoi cette envie de tout balancé, sans même essayé de recommencer. je sais que ces mots vont en blessé quelques uns. Je sais que ces mots me font du mal à moi même. je ne veux pas avoir besoin de quelqun, je ne veux pas voire la mort s'emparé de tout ça, je ne veux pas voire les gens s'effacer de ma vie.

    Caféine et nicotine sont mes seuls alliés et mon unique volonté. Quand j'étais petite, je rêvais du prince charmant, d'un beau chateau, de grandes aventures. Aujourd'hui je reve d'alcool, de sexe et de cigarettes. Mes préoccupations sont de savoir si j'aurais assez de clope pour finir la journée et quand je me ferais à nouveau baiser. Mes envies s'arretent là. En face de chez moi, il y a une école primaire. Je vois les enfants, inssouciant de ce qui les attends, courire, jouer, rire, faire la ronde dans la cours de récréation. j'ai envie de leur dire de partir loin, tout de suite. j'ai envie de les aider. mais pour tout ce à quoi il me font penser, je les hais. J'allume une clope. Est ce qu'ils pensent à moi?

    Pourquoi ai je écrit tout ça? Je ne sais pas. Pourquoi, alors que tout semble aller pour le mieux, je me regarde ainsi dans le miroir?

    Je commence à comprendre pour quoi j'ai aimé Hell. Même si on est tres différentes, on est un peu pareil.

    Si je mets ça sur mon blog, si j'expose mes pensées, mes questions les plus précieuses et les plus intimes au grand jours, qu'est ce que ça fout? Jai plus de café.

    Et si je partais? Non, aucune utilité.

    je voudrais vivre.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :