• Avec des SI

    Si je n'avais pas l'air si prude
    Si le savoir-vivre n'était
    Chez moi une telle habitude
    Si je n'étais pas si secret

    Si avant de parler sept fois
    Ma langue n'allait rotative
    Si je ne comptais pas mes doigts
    Pour éviter toute dérive

    Si chez moi les bonnes manières
    N'étaient pas si envahissantes
    Je les écraserais par terre
    Avec une force ahurissante

    Si je n'accrochais à mes tempes
    Deux impeccables favoris
    Si je n'éteignais pas la lampe
    Lorsque j'ôte mes dessous gris

    Si je ne rougissais pas tant
    Si je frémissais un peu moins
    Si par plaisir de temps en temps
    Je m'accordais un petit joint

    Si ma vie était moins parfaite
    Si j'avais le goût du danger
    Si je savais faire la fête
    Et juste un soir te déranger

    Si j'acceptais de prendre part
    Aux discussions grasses et salaces
    Pour moi aussi avoir ma part
    Du gâteau le plus dégueulasse

    Si j'arrivais de ma campagne
    Avec mes gros sabots merdeux
    Si je me baladais en pagne
    Avec des airs libidineux

    Si je te regardais de haut
    Si je te prenais par derrière
    Si j'atteignais les idéaux
    De ceux qui cassent les barrières

    Si je n'avais plus peur de rien
    Si je ne craignais plus personne
    Je pourrais te dire : allez viens
    Je t'emmène en Sierra Leone

    Avec class et virilité
    Je décrocherais du plafond
    L'abat-jour couleur voie lactée
    Pour te l'offrir

    Mais mon grand malheur c'est qu'avec
    Des si on peut aller très loin
    Sans eux je me retrouve à sec
    Je ne fais rien je ne fais rien
    Je ne fais rien je ne fais rien
    Mais alors rien ce qui s'appelle
    Rien

    JEANNE CHERHAL



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :